Menu supérieur

  • Accueil
  • Agenda
  • Download
  • Newest
  • Contact
  • Cantiques
  • Login
  • PC-mode

Menu gauche



précédant haut suivant

Le sort des hommes après la mort

L'homme n'est pas maître de son souffle [441]. Il n'a pas le droit d'abréger son existence [442] pas plus que celle des autres [443]. À cause du péché [444], il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement [445]. Le corps retourne à la poussière [446]. L'âme, qui connaît une existence sans fin [447], retourne à Dieu [448], soit pour la vie soit pour la mort.

Contrairement à l'impie [449], le croyant qui meurt dans le Seigneur triomphe de la mort [450]. Il ne soupire pas après la mort mais aspire à la vie éternelle [451]. Plein de confiance [452], il préfère quitter ce corps et demeurer auprès du Seigneur [453].

Le croyant régénéré rejoint Jésus dans le paradis [454]. Accompagné de ses œuvres, il connaît le bonheur et le repos [455], en attendant l'immortalité [456], l'adoption et la rédemption du corps [457].

À la première résurrection [458], le corps des justes ressuscitera incorruptible, plein de force et spirituel [459]. Il sera transformé, rendu semblable au corps glorieux de Christ [460] et revêtira l'immortalité [461].

L'âme de l'impie est emmenée immédiatement dans un lieu de tourment [462], sans aucune possibilité d'y être soulagée [463]. Consciente, elle garde la mémoire du passé et connaît des remords inutiles [464]. Elle attend avec effroi l'heure du jugement dernier [465] qui la précipitera, avec un corps ressuscité [466], dans un lieu de tourment, appelé : Châtiment éternel [467], lieu de pleurs et de grincements de dents [468], ruine [469] et flammes éternelles [470], étang de feu et de soufre [471], fournaise ardente [472], feu qui ne s'éteint pas [473] et où le ver ne meurt pas [474]...

précédant haut suivant
search